Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Villes Montceau, Ciry, Sanvignes, Perrecy, St Vallier, Blanzy, et Villages

Le Doyenné de Montceau les Mines et  ses 4 paroisses   St Jean, St Matthieu, St Luc, St Marc

62/1 NOËL

Le Noël de Martin, le vieux cordonnier

     Un soir de Noël, un vieux cordonnier qui se reposait dans son petit atelier lut le passage de la bible qui raconte « la visite des hommes sages à l’Enfant Jésus », et les cadeaux qu’ils avaient apportés. Il se dit en lui-même : « Si demain était le premier Noël, et si Jésus était né ce soir dans cette ville, je sais ce que je lui offrirais ! »

Il se leva et prit sur une étagère deux petites chaussures de couleur neige, faites dans le cuir le plus souple, avec des boucles argentées étincelantes : « Je lui donnerais cela, mon travail le plus fin. Que sa mère serait heureuse ! » « Mais je suis un vieil homme idiot », pensa-t-il en souriant. « Le Maître n’a pas besoin de mes pauvres cadeaux. »

Remettant les chaussures à leur place, il souffla la bougie et alla se coucher. Il ferma les yeux, quand il entendit une voix qui appelait son nom. « Martin ! » Au fond de lui, il sut de qui venait cette voix. « Martin, tu as envie de Me voir. Demain Je passerai devant ta fenêtre. Si tu Me vois, offre-Moi ton hospitalité : Je serai ton invité et Je m’assiérai à ta table. »

     Il ne dormit pas vraiment cette nuit-là, à cause de la joie qu’il éprouvait. Avant que l’aube ne parût, il se leva et rangea son atelier. Sur le sapin et autour de lui, il installa et arrangea de nouvelles décorations. Il plaça sur la table un morceau de pain blanc, un pot de miel et un pichet de lait, et, au-dessus du feu, il accrocha un pot de café. Ses préparatifs étaient simples mais chaleureux.

Quand tout fut préparé, il s'assit près de la fenêtre. Il était sûr de reconnaître le Maître. En observant au dehors la neige et le verglas de l'hiver dans la rue froide et déserte, il pensa à la joie qu’il aurait quand il serait assis à table et qu'il mangerait le pain avec son Invité.

Il aperçut un balayeur qui passait près de là, soufflant sur ses mains pour les réchauffer. « Pauvre homme ! Il doit être à moitié gelé » pensa Martin. Ouvrant la porte, il lui dit : « Entre, mon ami, chauffe-toi et bois une tasse de café chaud ! » Il n'eut pas besoin d'insister, l’homme accepta l’invitation avec reconnaissance.

Une heure passa, et Martin vit une pauvre femme, vêtue tristement et portant un bébé. Elle semblait fatiguée et fit un arrêt devant l'entrée de l'atelier pour se reposer un instant. Rapidement, Martin ouvrit sa porte et lui dit : « Entre, vient te réchauffer et repose-toi ! » « Tu ne te sens pas bien ? » lui demanda-t-il. « Je vais à l’hôpital. J’espère qu’ils nous laisseront entrer, mon bébé et moi » expliqua-t-elle. « Mon mari est en mer et je suis malade, sans personne chez qui aller. »

« Pauvre enfant ! » s'émut le vieil homme. « Chauffe-toi et mange quelque chose ! Je vais donner une tasse de lait au petit. » « Ah ! Quel bel enfant ! Pourquoi n’a-t-il pas de chaussure sur lui ? » « Je n’en ai aucune pour lui » soupira la mère. « Alors il aura cette belle paire que j’ai finies hier ! » Et Martin prit les petites chaussures en cuir souple et de couleur neige qu’il avait terminées et contemplées la veille, et les glissa sur les pieds de l’enfant. Elles lui allaient magnifiquement. Au bout d'un moment, la jeune mère s’en alla, pleine de gratitude, et Martin retourna à son poste d'observation, près de la fenêtre.

Les heures s’écoulèrent et d’autres personnes dans le besoin partagèrent l’hospitalité du vieux cordonnier. Mais l’Invité attendu n’apparut pas.

A la nuit tombée, Martin se coucha avec le cœur triste. « C’était seulement un rêve, » soupira-t-il. « J’ai espéré et j'ai cru, mais Il n’est pas venu ».

     Soudain, la pièce fut inondée d'une grande lumière. Et le cordonnier vit le balayeur, la mère malade et son bébé, et toutes les personnes qu’il avait reçues et aidées pendant la journée. Tous souriaient et disaient : « Ne m’avez-vous pas accueilli ? Ne me suis-je pas assis à votre table ? », puis tous disparurent.

Alors, doucement, dans le silence, il entendit encore la voix douce, répétant ces mots familiers : « Quiconque reçoit en Mon Nom un de ces petits enfants, c'est Moi qu'il reçoit ; et quiconque Me reçoit, reçoit Celui qui m’a envoyé... Car J’ai eu faim, et vous M’avez donné à manger ; J’ai eu soif, et vous M’avez donné à boire, J’étais un étranger, et vous M’avez accueilli. » « En vérité, Je vous le dis, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à Moi que vous les avez faites ! »

     L'histoire de Martin, c'est aussi la nôtre. Le temps de Noël est une belle occasion de partager avec nos frères, quels qu'ils soient, ce que le Seigneur nous a donné. Nous n’avons pas besoin d’être riches, ni de posséder de grands biens, nous pouvons partager ce que nous avons, peu ou beaucoup, avec l'élan et la joie simples de notre cœur. Partager avec nos frères, c'est partager avec Jésus, l'Enfant-Dieu, qui est venu dans le monde et qui a offert sa vie pour nous, par amour pour nous.

(Conte de Noël proposé par les Ursulines de l'Union Romaine, d'après une œuvre de Ruben Saillens, semble-t-il repris par l'écrivain Léon Tolstoï. Texte issu d'une traduction incomplète et parfois malhabile, relu et corrigé par B. Rousselle).

 

SI NOËL, C’EST LA PAIX ....

 Si Noël, c’est la Paix, la Paix doit passer par nos mains.
Donne la paix à ton voisin

Si Noël, c’est la Lumière, la Lumière doit fleurir en notre vie.
Marche vers ton frère pour illuminer ses jours.

Si Noël, c’est la Joie, la Joie doit briller sur nos visages.
Souris au monde pour qu’il devienne bonheur.

Si Noël c’est l’Espérance, l’Espérance doit grandir en notre cœur.
Sème l’Espérance au creux de chaque homme.

Si Noël c’est l’Amour, nous devons en être les instruments.
Porte l’Amour à tous les affamés du monde.

Exhortation composée en Haïti

 

Si notre plus grand besoin avait été 

Si notre plus grand besoin avait été la formation,
Dieu nous aurait envoyé un enseignant.
Si notre plus grand besoin avait été la technologie,
Dieu nous aurait envoyé un ingénieur.
Si notre plus grand besoin avait été l'argent,
Dieu nous aurait envoyé un banquier.
Si notre plus grand besoin avait été le plaisir,
Dieu nous aurait envoyé un comédien.
Si notre plus grand besoin avait été la santé,
Dieu nous aurait envoyé un médecin.
Mais notre plus grand besoin était le pardon,
Alors Dieu nous a envoyé un Sauveur.

Anonyme

 

Les 4 bougies

Voici l’histoire des quatre bougies symbolisant les valeurs essentielles de l’être humain...

Paix, Foi, Amour, Espérance !

Les quatre bougies brûlaient lentement. L’ambiance était tellement silencieuse qu’on pouvait entendre leur conversation.

La première dit : ’’ Je suis la Paix ! Cependant personne n’arrive à me maintenir allumée. Je crois que je vais m’éteindre.’’
Sa flamme diminua rapidement, et elle s’éteignit complètement.


La deuxième dit : ’’ Je suis la Foi ! Dorénavant je ne suis plus indispensable, cela n’a pas de sens que je reste allumée plus longtemps.’’
Quand elle eut fini de parler, une brise souffla sur elle et l’éteignit.


Triste, la troisième bougie se manifesta à son tour : ’’ Je suis l’Amour ! Je n’ai pas de force pour rester allumée. Les personnes me laissent de côté et ne comprennent pas mon importance. Elles oublient même d’aimer ceux qui sont proches d’eux.’’
Et, sans plus attendre, elle s’éteignit.

Soudain... un enfant entre et voit les trois bougies éteintes. ’’ Pourquoi êtes-vous éteintes ? Vous deviez être allumées jusqu’à la fin’’
En disant cela, l’enfant commença à pleurer.


Alors, la quatrième bougie parla : ’’ N’aie pas peur, tant que j’ai ma flamme nous pourrons allumer les autres bougies, je suis l’Espérance ! ’’


Avec des yeux brillants, l’enfant prit la bougie de l’Espérance... et alluma les autres.

Que l’Espérance ne s’éteigne jamais en nos coeurs et que chacun de nous puisse être l’outil nécessaire pour maintenir l’Espérance, la Foi, la Paix et l’Amour !

 

NB : Il existe plusieurs versions de ce beau conte.

 

Partager cette page
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :